Loire-Atlantique - Vendée

Les partenariats entre la MSA et les professionnels du secteur

Mis à jour le 27/03/2019

Des partenariats techniques sont menés avec des partenaires de la filière bovine et visent à mieux prendre en compte la santé des éleveurs dans les systèmes d’élevage. Ils permettent d’identifier des situations de travail de référence, enrichissant ainsi la connaissance de la MSA dans des domaines ciblés, et de proposer une meilleure offre de services auprès des éleveurs. Mieux informé, l’éleveur peut alors être acteur de sa propre prévention.

Le partenariat Bovinéo et Ter’élevage
L’analyse statistique des accidents du travail chez les exploitants agricoles amène à un constat : 56 % des accidents du travail recensés toutes filières agricoles confondues, le sont dans la filière bovine.

En Loire-Atlantique – Vendée, le taux d’accidents du travail concernant les chauffeurs ramasseurs de bovins a montré qu’ils étaient confrontés à des risques de bousculades, de heurts avec les animaux embarqués.

Fortement engagée dans la prévention des risques professionnels, la MSA Loire-Atlantique – Vendée, accompagnée des coopératives Bovineo et Ter’élevage, a alors pu mener à terme un projet de prévention lié à l’action embarquement des bovins.

Cette collaboration a permis  aux éleveurs adhérents des coopératives de bénéficier d’une aide technique et financière pour l’élaboration d’un quai d’embarquement sécurisé.
 
Trois grandes étapes régissaient ce partenariat :
  1. Identification et de pré-évaluation des sites jugés à risques
  2. Diagnostic réalisé par un technicien de chaque coopérative
  3. Réalisation des mesures de prévention


Fort de ce partenariat, 56 dossiers sont en cours, dont 35 finalisés sur l’ensemble des deux départements.

Témoignages


Cette installation vous facilite-t-elle le travail au quotidien ?
« Oui, j’aurai dû le faire bien avant. C’est beaucoup plus simple »
 
Comment se passe l’embarquement maintenant ?
« Beaucoup mieux ! »
 
Vous sentez-vous plus en sécurité lorsque vous effectuez un embarquement dans un lieu bénéficiant d’un espace dédié ?
« Oui ! Comme les animaux sont perdus cela facilite le travail. Quand il faut les récupérer dans un box qu’ils connaissent, ils sont chez eux et sont donc plus forts. Là c’est l’effet inverse qui se produit »